Texte à méditer :    

Le travail est terminé, il est à votre disposition !

 (Téléchargement et impression des documents selon vos souhaits !) 

 

 

Stéphane LEFEBVRE  avec vous pour

Un autre regard Un site pour neuf années d'école Une autre façon d'apprendre
 

L'ORTHOGRAPHE EN JEUX A L'ECOLE : FAISONS-LA ENSEMBLE !

Une orthographe au même rythme que le naturel des enfants !  

 

   http://www.orthographe-en-jeux.fr  

 ....... 

 

    


Tout du CP à la 3e

TU JOUES AVEC NOUS ?

1-2-3-4-5 CHOIX DE TRAVAIL

LE COURS PREPARATOIRE

LE COURS ELEMENTAIRE 1

LE COURS ELEMENTAIRE 2

LE COURS MOYEN 1

LE COURS MOYEN 2

DOCUMENTS COMMUNS CP - CM2

LA SIXIEME

LA CINQUIEME

LA QUATRIEME

LA TROISIEME

DOCUMENTS COMMUNS 6e - 3e

DOCUMENTS COMMUNS CP - 3e

L'HISTOIRE ET SES MOTS

LA GEOGRAPHIE ET SES MOTS

LES MATHEMATIQUES ET LEURS MOTS

L'ECOLE EN VACANCES - LES VACANCES A L'ECOLE

CAHIER PRATIQUE D'ORTHOGRAPHE

LES LIVRES VERSION BnF 2015 ET 2016 CI-DESSOUS SONT POUR VOUS

  • ¤

LIVRES VERSION BnF 2015

LIVRES VERSION BnF 2016

Tout savoir sur le site

Ce travail

Le site

Son utilisation

Informations utiles

MON BREVET

MA TROISIEME

Une pause sourire

Bonjour tristesse

Stéphane Lefebvre romancier

LE COURS PREPARATOIRE - Mots des questions du CP

Date de création : 28/12/2013 . 15:13
Dernière modification : 30/12/2013 . 17:53
Catégorie : LE COURS PREPARATOIRE
Page lue 2907 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

cadeau.gifSpécial !

I

kaboul.png

Un Afghan à Calais ! Lui comme les autres cherche le bonheur ! Le trouvera-t-il ?

 

Stéphane Lefebvre publie un roman réaliste

Kaboul... thé ! Calais... café !

 

Chargement gratuit sur le site : ci-contre à gauche - dernière entrée 

 

ou sur le site :

"Le français dans la mouise"

                                          malanguedanslamouise.free.fr

 

Lire la présentation de Grégory Faucquez sur :

Nord Littoral du dimanche 27 mai 2018

 

Lire l'article d'Ariane Delepierre dans le quotidien  La Voix du Nord

www.lavoixdunord.fr/.../de-kaboul-calais-un-roman-realiste-sur-un-migrant-la-recherche-du-bonheur

 

Lire l'appréciation de Marie-Pierre Griffon (La Sélection de l'Echo)

Dans L'ECHO du Pas-de-Calais n°181 de Juin 2018  Page 26 A l'air livre

 

________

 

II

 

 

 

Pour les enfants de 6 à 13 ans et tous les adultes qui aiment les histoires d'animaux

 

Une petite-fille a dit : "Papy, j'ai lu deux fois le Livre de Tequila, publie-le !"

"C'est fait !"

Stéphane Lefebvre : c'est l'auteur

Tequila : c'est l'héroïne

L'un décrit (pas seulement !), l'autre vit (uniquement !)

La rocambolesque adoption d'une jeune chatte

Vous la lirez dans le roman

"Une fessée d'amour pour Tequila"

 

          

 

Réalité à vivre...

Une fessée d'amour

pour Tequila

Chapitre 1

Extrait n° 1 Page 9

...

Et alors il me regarde.

Moi aussi. Un chat, quand ça ne connaît pas, c’est méfiant ! Ici, tout est différent.

Les cercles de mon engin sont de plus en plus amples. Le chat me suit des yeux. Le moteur poussé à fond fait un boucan d’enfer, l’animal ne manifeste aucune peur. Je passe près de lui, nous échangeons un coup d’œil complice, et alors j’entreprends un ultime parcours sur les bordures du jardin potager.

Doucement le chat se lève, fait le gros dos, emprunte dans l’autre sens le trajet de son arrivée et s’éclipse tandis que je baisse le régime du moteur.

J’avais envie de l’approcher, c’est raté.

Je ne sais même pas par où il est passé.

...

...

Chapitre 2

Extrait n° 2 Page 13

 

La touffe de poils n’a pas bougé pendant que je l’observais. J’ai alors envie de partager mes interrogations à son sujet et je vais chercher mon épouse.

— Regarde ! Il y a un mois, quand je retournais le jardin… tu t’en souviens, je te l’ai raconté ! J’ai l’impression de voir le chat qui m’observait.

Il a doucement levé la tête. Est-ce notre présence qui l’a alerté ? Nous nous tenons tranquilles, à plusieurs mètres de lui. Il n’a pas bougé de place. Il nous regarde, nous juge, nous jauge. Il redresse le corps et, continuant de nous fixer, il nous adresse un miaulement.

Je continue :

— C’est le chat qui s’est assis un moment sur une planche du jardin, près de moi, pendant que je travaillais le terrain.

— Il a l’air tout jeune.

— Il semble vouloir nous dire quelque chose.

J’enlève sans précipitation la chaîne qui interdit l’accès au terrain après avoir déverrouillé le cadenas qui la maintient, et nous amorçons notre approche.

La petite bête nous observe et nous manifeste de la méfiance. Elle se tient sur ses gardes, nous nous arrêtons. Elle va fuir si nous poursuivons vers elle.

...

Chapitre 2

Extrait n° 3 Page 25

 

Pas le moins du monde dépaysée, la minette. De toute évidence, elle vivait près de gens, avec des gens. Ce n’est pas une chatte qui court les caves, les haies, les gouttières ou les hangars agricoles pour manger et dormir.

Bien sûr ! C’est gagné !

La chanson devient de plus en plus répétitive : « Mardi matin, lala , la chatte et… sont toujours chez moi pour… »… Et elle est profondément endormie, recroquevillée, dans son baldaquin de fortune. Et pour quelques heures encore !

Elle s’incruste et au fil de la journée s’insinue l’idée que nous en avons la charge, comme si elle devenait petit à petit notre propriété et que nous en aurions la responsabilité. Non, cet animal, nous voudrions bien qu’il retrouve ses maîtres !

Pour aujourd’hui la chatte ne se laisse pas encore trop approcher, encore moins toucher, et nous lui accordons le temps de s’habituer.

Cependant, dès qu’elle est éveillée, elle se lèche, elle se gratte, s’égratigne, se met à vif la tête, la nuque, le cou, le dos, la queue. Son pelage est mitraillé de trous.

Ce mercredi nous laisse désemparés. Il n’est pas possible d’apporter le moindre soin à notre malade. C’est à peine si au cours de la journée nous pourrons la frôler, maîtrisant nos gestes qu’elle ne doit pas interpréter comme des menaces.

A suivre..

 

...

Chapitre 3

Extrait n° 4 Page 32

Courant maladroitement en
traversant la pelouse la première fois, mieux organisé
et habilement dissimulé derrière d’épais buissons de
fleurs qui bordaient l’eau la deuxième fois, il s’apprêtait
à faire un copieux repas. A moins que sa dégustation
n’ait commencé avant notre mise en alerte ? Les cris
menaçants et les gestes rageurs de la famille eurent
raison de l’importun qui fut dans l’obligation de prendre
un envol laborieux sur une piste un peu courte. La
troisième fois, il resta haut perché sur le faîte d’un saule
et ne prit pas le risque d’atterrir.
Nous ne prîmes pas de risque non plus et le filet fut
installé.
Au travail donc !
Le haut du grillage mitoyen s’agite, pris de
tressautements. Un « frout, frout » sec et soudain, le
lierre s’entrouvre comme fendu par l’éclair. Une touffe
trépigne en basculant vers moi.
Deux yeux, deux oreilles, quatre pattes, une queue, le
tout en noir et blanc, qui souffle en amortissant sa
dégringolade sur le muret fleuri.
Je suis sur le côté opposé du bassin. Plusieurs mètres.
C’est le déclic instantané dans mon esprit, et j’ouvre
sans doute une bouche toute ronde, aussi ronde que
mes yeux ébahis. Même les poissons ont été surpris,
des vaguelettes nerveuses se propagent en cercles qui
s’entrecroisent.

« Bonjour, c’est moi, Minette. Me revoilà. Ah ben oui,
cela fait cinq mois, d’accord, mais bon ! »

A suivre..

Poésie à suivre...
 
 
 
Le lézard
 
 
Un lézard
dort au soleil
et perd
un petit bout de queue
 
Un lézar
dort au soleil
et perd
un petit bout de queue
 
Un léza
dort au soleil
et perd
un petit bout de queue
                                     
Un léz
dort au soleil
et perd
un petit bout de queue
 
Un lé
mon Dieu
qu’il est laid et hideux
sans sa queue
 
Un l
qui perd la tête
ça n’a

ni queue ni tête

 

S.L.

 

Dis, Monsieur
 
  
 
Dis, Monsieur,
Fais-les rire
 
Dis, Monsieur,
Regarde leur sourire
 
Dis, Monsieur,
Ecoute leurs soupirs
 
Dis, Monsieur,
J’veux pas être sérieux
 
Dis, Monsieur,
Fais-en des élèves heureux
 
Tais-toi, mon âme,
Je suis prof.
 
 
S. L.

 

Oiseau de liberté

Hip ! Hip !

tu sautilles-tilles

Piaf

sur le bord de la gouttière

et tu cries

ton enfant tombé

à peine emplumé

du nid de tiges séchées

et ma main main minotaure

qui l’enserre

 

ne crie pas si fort

 

Piaf

 

c’est pour mieux le regarder

c’est pour mieux l’envier

cet oiseau-enfant

 aux ailes de liberté.

 

 

Je dédie ce poème

à l’oiseau ramassé

à peine

ce poème terminé

 

Des pages à lire...

Rendez-vous

sur

http://malanguedanslamouise.free.fr                                

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Pour un contact
Jour après jour
^ Haut ^